GANS (D.)


GANS (D.)
GANS (D.)

GANS DAVID (1541-1613)

Historien, cosmographe et astronome juif de l’époque de la Renaissance, David Gans fut le premier auteur hébraïque à mentionner Copernic, d’une manière très élogieuse d’ailleurs, le premier aussi à donner une description correcte des continents à la suite de la découverte de l’Amérique.

Né à Lippstadt, en Westphalie, David Gans entreprend des études rabbiniques qui le mènent d’abord dans les écoles talmudiques de Bonn et de Francfort, puis dans celle de Cracovie, en Pologne, où il trouve un premier maître en la personne du rabbin Moïse Isserlès (le «Rema»), lequel ne l’instruit pas seulement en matière rabbinique mais lui inculque le goût de l’histoire et des mathématiques. Ce goût se change en une véritable passion, à Prague, où David Gans vit à partir de 1564 et où il devient l’un des disciples préférés du rabbi Juda Loeb (le «Maharal de Prague»). Lorsque l’empereur Rodolphe II de Habsbourg installe, en 1599, au château de Bénatek près de Prague, l’observatoire du célèbre astronome danois Tycho Brahe, David Gans fait partie de l’équipe des collaborateurs de ce dernier, auquel succédera, après sa mort prématurée en 1600, Johannes Kepler. David Gans vit à Prague, en chercheur privé, sans exercer aucune fonction officielle, se consacrant exclusivement, jusqu’à sa mort, à son œuvre de savant. Il est enterré au cimetière juif de Prague, à quelques pas de la tombe du Maharal et de celle d’un autre astronome juif, Joseph Salomon Delmedigo, qui fut l’élève de Galilée à Padoue et mourut à Prague en 1655.

Dans les nombreux domaines que recouvre l’œuvre (partiellement inédite ou perdue) de David Gans, celui-ci fait preuve d’une curiosité aiguë, d’une érudition vaste, d’une tolérance généreuse vis-à-vis de toutes les idées nouvelles; ces qualités font de lui le représentant le plus remarquable, quoique trop longtemps méconnu, de l’humanisme juif en Europe centrale et orientale au XVIe siècle.

Il est célèbre surtout comme historiographe. Sa chronique, Zemah David , publiée à Prague en 1592, comporte deux volets, l’un consacré à l’histoire juive, l’autre à l’histoire profane, depuis les origines jusqu’en 1592. Les notices en sont parfois inexactes, mais elles sont toujours vivantes, pittoresques, et comportent souvent des indications autobiographiques. C’est ainsi que l’historicité de la célèbre audience accordée, en 1592 précisément, par Rodolphe II au Maharal se trouve ici garantie par David Gans. Le Zemah David a connu, depuis l’édition originale, onze réimpressions.

Mais la grande œuvre de David Gans, un ouvrage de cosmographie et d’astronomie, n’a été imprimée qu’une seule fois, à Jessnitz, en 1743, c’est-à-dire cent trente ans après la mort de son auteur, sous le titre de Nehmad Venaïm . Dans le cadre encore ptoléméen de son système astronomique, David Gans insère une mappemonde parfaitement à jour et décrivant l’Ancien et le Nouveau Monde avec une précision cosmographique encore très rare à l’époque. Mais, surtout, il mentionne, d’une manière dithyrambique, le grand Nicolas Copernic et sa révolution (au moment même où l’œuvre du savant est mise à l’Index par l’Église catholique et où l’Église réformée entreprend, elle aussi, une «chasse aux sorcières» contre les adeptes du système copernicien). La tolérance de David Gans lui vient de ses maîtres juifs, le Rema et le Maharal, qui sont déjà eux aussi persuadés que le système de Copernic est conciliable avec la tradition juive. Elle lui est inspirée également par son expérience personnelle à l’observatoire de Bénatek. En des pages vibrantes d’enthousiasme, David Gans décrit, dans le Nehmad Venaïm , les instruments merveilleux inventés par Tycho Brahe, son horloge astronomique, les nuits exaltantes qu’il passa à Bénatek pour y observer le cours des astres; et il rend compte des nombreux entretiens qu’il eut avec Tycho Brahe, Kepler, Jean Müller, toute l’équipe des savants que parfois il réunit en un véritable «colloque» pour leur soumettre ses questions et ses propres hypothèses. Il recueille de la bouche de Tycho Brahe et de Kepler la surprenante affirmation que la vieille tradition juive relatée dans le Talmud, mais abandonnée par les astronomes juifs du Moyen Âge au profit du système de Ptolémée, était, au fond, conforme à la conception de Copernic, ou plutôt à la synthèse que Tycho Brahe s’efforçait de réaliser entre Ptolémée et Copernic. C’est à cette synthèse que se rallie David Gans, dont le traité constitue ainsi un maillon, non négligeable dans l’histoire générale de l’astronomie moderne, entre Copernic et Newton, autant qu’un témoin de la hardiesse et de l’ouverture d’esprit de l’école du Maharal de Prague, dont David Gans est l’un des représentants les plus typiques.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gans — (de) …   Kölsch Dialekt Lexikon

  • gans — *gans germ., Femininum: nhd. Gans; ne. goose; Rekontruktionsbasis: got., an., ae., mnl., as., ahd.; Etymologie: idg. *g̑ʰans …   Germanisches Wörterbuch

  • Gans — [gans], die; , Gänse [ gɛnzə]: 1. a) (besonders seines Fleisches wegen als Haustier gehaltenes) größeres, meist weiß gefiedertes Tier (Schwimmvogel) mit gedrungenem Körper, langem Hals und nach unten gebogenem Schnabel: die Gänse schnattern;… …   Universal-Lexikon

  • Gans — Sf std. (9. Jh., ganshabuh 8. Jh.), mhd. gans, ahd. gans, mndd. gōs, gūs, mndl. gans Stammwort. Aus g. * gans f. Gans (ursprünglich offenbar Konsonantstamm, später i Stamm), auch in anord. gás, ae. gōs. Dieses aus ig. * ghans f. Gans (auch… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Gans — Gans: Der altgerm. Vogelname mhd., ahd. gans, mnd. gōs, niederl. gans, engl. goose, schwed. gås beruht mit verwandten Wörtern in anderen idg. Sprachen auf idg. *g̑hans »‹Wild›gans«, vgl. z. B. aind. haṁsá ḥ »Gans, Schwan«, griech. chē̓n… …   Das Herkunftswörterbuch

  • Gans — may refer to:* Gans, Oklahoma, a US town * Gans, Gironde, a commune of the Gironde department, France * Gans (surname), people with the surname Gans …   Wikipedia

  • Gans — Gans, der allgemein bekannte Wasservogel, geheiligt bei den Römern, weil Gänse einst das Capitol retteten, ist in allen Gegenden der Erde zu Hause, lebt gesellschaftlich und zieht vor Anfang des Winters in wärmere Gegenden. Unter der gemeinen… …   Damen Conversations Lexikon

  • Gans — Gans(Gansl,Ganserl)f(n) 1.Mädchen;Schülerin;dumme,eingebildeteweiblichePerson.MitdenGänsenhabensiedas»Schnattern«gemeinsam.SchonseitmhdZeit. 2.blödeGans=dummeweiblichePerson.19.Jh. 3.dämliche(doofe)Gans=dümmlicheweiblichePerson.⇨dämlich;⇨doof1.190… …   Wörterbuch der deutschen Umgangssprache

  • Gans — Gans, OK U.S. town in Oklahoma Population (2000): 208 Housing Units (2000): 87 Land area (2000): 0.187100 sq. miles (0.484587 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.187100 sq. miles (0.484587 sq. km)… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Gans, OK — U.S. town in Oklahoma Population (2000): 208 Housing Units (2000): 87 Land area (2000): 0.187100 sq. miles (0.484587 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.187100 sq. miles (0.484587 sq. km) FIPS code …   StarDict's U.S. Gazetteer Places


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.